Vous êtes ici

Le suivi de la ponte

La ponte du corail dans les récifs de la Nouvelle-Calédonie

Depuis la fin d’année 2007,  le WWF et la Province Nord, l'IRD et l'IFRECOR ont uni leurs compétences et leurs moyens pour étudier la ponte des coraux dans la région de Hienghène, au sein de l’Aire Marine Protégée de l'îlot Hienga (AMPHI), sur la côte nord-est de la Grande-Terre.

Le choix du site

Le suivi de la ponte du corail a été initié dans le cadre d’un projet de réseau d’Aires Marines Protégées sur la côte nord-est de la Nouvelle-Calédonie.
Le choix du site s’est porté naturellement sur l’îlot Hienga, distant du village de Hienghène de 6 km, pour 3 raisons :

  • D’une part, un projet de sentier sous-marin est en cours sur le site. Ce projet a vocation d’initier les visiteurs à la connaissance du milieu marin et à les sensibiliser à la protection de l’environnement ;
  • D’autre part, la zone d’étude se situe au sein du site pilote de l’AMP de Coulnoué / Lindéralique.

Enfin, cette zone est englobée plus largement dans un espace terrestre et marin proposé à l’inscription au Patrimoine Mondial de l’Humanité.

description               La ponte du corail de la famille des Favidae [© Sébastien Faninoz]

Les objectifs du projet

Sur le plan scientifique et de conservation, il s’agit de collecter les premières données scientifiques sur la ponte des coraux en Nouvelle-Calédonie au sein de l'aire Marine Protégée. En effet, il s’agit de collecter des données sur la ponte des coraux, sur les conditions de reproduction de ces coraux et sur les facteurs qui influencent ce phénomène.

L’objectif pédagogique et de communication est de sensibiliser les populations locales ainsi que ceux de  métropole.  La création du site web permet de diffuser auprès d'un plus large public. Les ressources photographiques et reportages video viennent illustrer la démarche scientifique sur laquelle s'appuie ce suivi de la ponte du corail.

Les premiers résultats

La zone soumise n'est soumise à aucune influence anthropique devait permettre une certaine robustesse des données collectées. Cela a bien été constaté lors des suivis effectués en 2007 et 2008. En revanche, la date de la pleine lune de novembre 2009 (située en début de mois) combinée à la température trop fraîche ralentissant la maturation des gonades, a repoussé la ponte des coraux au début du mois de décembre (toujours 5 jours après la pleine lune). Malgré cette conjoncture défavorable, la ponte des coraux mous (Sinularia spp.) fut observée la cinquième nuit suivant la pleine lune de novembre.

description                                               La ponte du corail de la famille des Acroporidae [© Sébastien Faninoz]

 

Les résultats très encourageants du suivi 2007 ont été consolidés par les observations effectuées lors de la ponte massive de 2008 et dans une moindre mesure en 2009. Certaines espèces d’Acroporidés, de Favidés et des Alcyonaires ont été identifiées (ou en cours d’identification) et localisées. La date et l’heure de la ponte sont également connues pour 2010 : cet évènement est attendu pour le 26 novembre.


Pour aller plus loin